Erreur
  • EasyCalcCheck Plus: Wrong version installed (Joomla! 3.x). Please uninstall and install correct version!

Neïs

Écrit par Florent Mouhot. Publié dans Lu, vu entendu

Emotion, profondeur et authenticité. Tout ça en une seule voix.

Son album

Cet album s’intitule « Pause » car oui il parle du temps. Il pose des dates, il évoque des souvenirs, la maladie, la vieillesse, la mort et l’éternité. En filigrane, forcément : l’amitié et l’amour. L’amour de Jésus, l’amour si grand et si palpable de Dieu pour chacun. Un vrai trésor pour la vie !

“L’amour n’a pas peur de la vieillesse puisque l’amour jamais ne cesse”.

Néïs évoque donc des sujets très profonds, parfois très tristes, avec toujours une belle progression musicale. Ses mots nous ramènent à l’essentiel. Ils m’ont un peu chamboulé, c’est vrai, et peut-être que comme moi, tu auras de petites larmes au bord des yeux.

Prends le temps de l’écouter

“Pause.” C’est du slam donc on ne l’écoute pas en musique de fond : il faut s’arrêter pour l’écouter. Il faut réfléchir et se positionner, face à de tels mots. Mais n’aie pas peur, on en ressort enrichis, encouragés, avec une furieuse envie de vivre. Fais une pause sans tarder…

“Etre en vie c’est payer le prix de rester et de laisser les autres nous quitter.”


Interview

D'où t'est venue l'idée de composer, et comment est né ton album ?

Dans ma famille, on écrivait beaucoup, donc j’ai cette “culture” depuis toute petite. J’ai appris le hautbois pendant 11 ans au Conservatoire. J’écoutais en parallèle beaucoup de rap et de slam (Grand Corps Malade, Bigflo & Oli, Keny Arkana, Kery James), mais aussi du JJ Goldman, de la musique classique ou du jazz… Des sources d’inspirations très éclectiques !

L’élément déclencheur de mon album a été de présenter mon témoignage dans mon église locale sous forme de slam, accompagnée d’une amie violoncelliste (“Petite fille”). Des musiciens professionnels, qui étaient présents dans la salle, m’ont encouragée, et mon premier 3 titres est sorti en 2015 (« Horizons »).

Quelles sont tes inspirations pour écrire sur tous ces thèmes variés ?

Je m’inspire de la Bible (textes bibliques transformés en slam : le lépreux, le dernier jour de Jésus sur terre…). Ou bien je raconte des événements qui ont été vécus, soit par moi, soit par mes proches.

La chanson sur le harcèlement scolaire concerne ma sœur (“Tourner la page”).

“Je ne me rappelle pas”, ce sont deux patients qui m’ont marqué à vie !

“120 saisons plus tard” est un peu différente : c’est comme si je me parlais à moi-même dans plusieurs années.

Dans certains titres, c’est directement Dieu qui parle : comment t’y es-tu prise ?

J’ai un ami qui pensait tout le temps au suicide : je ne savais pas quoi lui dire, alors j’ai imaginé ce que Dieu pourrait lui dire.

Quand j’ai écrit “Une journée particulière”, je voulais d’abord la garder pour moi, je me disais que c’était très osé : qui suis-je pour prendre la place de Jésus ? Mais après avoir finalement fait relire mon texte à un ami théologien, il m’a convaincue d’aller au bout de la démarche. J’avoue que c’était compliqué d’assumer de prendre cette position.

J’écris sur les émotions humaines… mais la Bible reste la Bible !

Ton album est une production de qualité, avec une bonne équipe de musiciens derrière toi : tu peux nous en dire plus ?

Yohan Salvat m’a aidée à faire tous les arrangements. Nous nous sommes entourés de musiciens professionnels pour le studio. Mais ce sont des amis qui m’accompagnent sur scène, notamment au violoncelle et aux percus. Et moi je prends la guitare.

Quels sont tes projets pour l'avenir ?

Je suis aide-soignante pour l’instant, mais je vais me réorienter professionnellement. Côté musique, j’ai environ 1 concert prévu tous les 2 mois.

Si tu n'avais qu'un seul message à faire passer, ce serait lequel ?

Que dans toutes les circonstances de nos vies, il y a toujours un espoir, et pour moi cet espoir c’est Jésus !

Propos recueillis par Marie Eve Doriath

FaLang translation system by Faboba