Révolte salariale

Écrit par Philip Ribes. Publié dans Mini nouvelle

Injustement généreux?
Révolte salariale.

- Fatigant mais super cool quand même !
Lui, c'est Enzo, 16 ans, des dreadlocks noués dans le dos, un petit air de Bob Marley, mais sans la barbe.
- Super cool, c'est vite dit, moi ce que je trouve intéressant, c'est quand même la paye. 1500 € pour une semaine... du jamais vu !
Elle, c'est Lisa. 15 ans, cheveux courts en pétard et le caractère un peu comme la coiffure, plutôt explosif.
- N'empêche que, au-delà du fric, se dire que ce que nous faisons va permettre à une décharge flottante de redevenir une vraie rivière, avec de vrais poissons, des grenouilles et tout le reste, moi je trouve ça super motivant !
- Ah ! toujours le même idéaliste, tu ne changeras jamais... Bon, en attendant, aide-moi à tirer cette carcasse de machine à laver jusqu'en haut de la rive, les tracteurs avec les bennes passeront ce soir pour les charger. C'est quand même incroyable ce que les gens peuvent jeter dans une rivière...

Ils portent tous les deux les mêmes bottes jaunes en caoutchouc, et un tee-shirt vert frappé du logo du sponsor de l'opération. Ils sont dans la même classe depuis trois ans, jamais d'accord, toujours en conflit et pourtant inséparables. De vrais amis. En plus, il correspond pas du tout à son genre de mec, donc pas de risques...

C'est Enzo qui a trouvé ce super plan pour les vacances de Pâques. Un milliardaire branché écologie a décidé de faire revivre tout un réseau de petites rivières dans leur région. Il a passé des annonces sur le net : « Cherche volontaires pour nettoyage écologique de cours d'eau ». Jusque-là, l'annonce n'a rien de très original, des « assos » qui cherchent des bénévoles, il y en a plein les journaux, mais la ligne suivante est assez exceptionnelle. « Une prime de 1500 € est offerte pour chaque volontaire ». Effectivement, à ce tarif-là, on ne peut pas vraiment parler de bénévole !

C'est l'heure de la pause, les volontaires cassent la croute. Ils sont une trentaine, principalement des jeunes. Lisa et Enzo les connaissent tous. En fait, chaque jour il y a des nouveaux. Ceux qui ont vu l'annonce après que la semaine de travaux a commencé. Ils ont tous reçu la même réponse : « On engage toujours, rejoignez l'équipe ».

Aujourd'hui, c'est le dernier jour. Ils font la connaissance d'Eric, il a vu l'annonce seulement hier.
- Dommage que tu ne l'aies pas vu avant, 1500 € pour une semaine, il faut quand même qu'il soit un peu fêlé le milliardaire...
- Pétard, t'arrêtes un peu avec ton fric Lisa ! Y'a pas que ça dans la vie ! Vois-tu d'un mauvais œil que je sois bon?

- C'est vrai ! En plus, si vous gagnez 1500 pour une semaine, je devrais quand même me faire dans les 300 pour une journée, c'est pas dégueu !
- Ouais, t'as raison Eric. Bon, faut y aller, on se retrouve ce soir pour la paye. La distribution de chèques se fera directement à la fin de la journée.
- A plus...

Dix-huit heures. Le chef de chantier fait l'appel. Il a une pile d'enveloppes et il commence par les derniers arrivés. Eric prend son enveloppe, l'ouvre et son visage s'illumine. Waaouaaa ! 1500 € pour une journée ! C'est trop de la balle ! Génial ! Il passe à côté de Lisa et Enzo qui n'en croient pas leurs yeux.
- Je sais pas s'il est fêlé le milliardaire, mais en tout cas il est pas radin !
Enzo et Lisa ouvrent leur propre enveloppe et en sortent chacun un chèque de ... 1500 € ! Ils explosent en même temps. Mais c'est pas possible ! C'est une arnaque ! Il a fait une seule journée et il gagne comme nous !

Tous ceux qui ont travaillé depuis le début de la semaine manifestent de la même façon. Un drôle de sourire aux lèvres, le chef de chantier prend son porte-voix : « Personne n'a été lésé, vous avez tous reçu ce qui avait été annoncé... Si quelqu'un ne veut pas de son chèque il peut toujours me le rendre, sinon bonne fin de journée ! ».
Enzo fourre son chèque dans sa poche et s'en va en râlant : « Franchement, le fric, moi j'en ai rien à faire mais ça, c'est vraiment pas juste... »
« Ouais, pas juste du tout » Ajoute Lisa...

FaLang translation system by Faboba