CHOQUER C'EST CHIC !

Écrit par Fred Bican. Publié dans Fondements

 

CHOQUER C'EST CHIC !
Ces films qui nous choquent toujours plus.

Le cocktail mode + progrès influence les médias et particulièrement l'industrie du cinéma. Pour beaucoup de producteurs (pas tous heureusement), sortir un film doit être une occasion de gagner un maximum d'argent. Or, pour avoir une chance de succès commercial (sans être nécessairement créatif), il faut être "tendance" et présenter quelque chose de plus performant, de plus spectaculaire, de plus choquant, de plus "plus"... que l'année dernière.

Une bande annonce pour te faire saliver


La promo des films via les bandes annonces est conçue pour appâter les spectateurs. Ces résumés "coup de poing", de trois ou quatre minutes brossent en quelques répliques et prises de vues spectaculaires, un tableau alléchant du film présenté.
Ainsi, on a parfois dans la bande annonce toutes les bonnes scènes et toutes les bonnes répliques... et quand on va voir le film, on n'a rien vu de plus intéressant que la bande-annonce elle-même !

Suivant le mouvement général, beaucoup de spectateurs associent l'idée d'un bon film à celle d'une surenchère (toujours plus) de quelque chose.
Pendant le festival de Cannes, je me souviens de la rubrique d'une émission qui évaluait les films en fonction du nombre de coups de feu, de morts, de scènes de sexe et de gros mots. Certes, le but du journaliste était de faire de l'humour (et peut-être même de se moquer de cette tendance), mais le constat était bien réel. Les palmarès étaient impressionnants... et on ne parle que d'un festival où les films sont censés être choisis pour leur démarche artistique !

Plus c’est trash, plus c’est bon

L’horreur comme bon divertissement.


L'évolution suivie par les films d'horreur est parlante. Aujourd'hui, un "vague" serial killer avec une cagoule et une "simple" arme blanche paraissent dérisoires (pour ne pas dire enfantins !).
Le must, c'est de montrer des souffrances toujours plus horribles, des tortures psychologiques et physiques, avec des victimes qui hurlent et semblent souffrir d'une façon atroce. Pour que les spectateurs, accros à ce genre, continuent de ressentir l'émotion (la frayeur, le stress, l'adrénaline) provoquée par des images, qui devraient normalement être insoutenables et par un scénario qui est le plus pervers possible.
L'accroche de ce type de film c'est : vous n'avez jamais rien vu de pire ! Sous-entendu ce qui est "pire", c'est ce qui est "mieux". On a ainsi complètement inversé le sens des valeurs.


Souffre plus fort, tu me fais du bien


Pushing the Limits

 

Ainsi, on s'habitue à la torture, à la perversité, etc. comme s'il s'agissait d'une distraction récréative sympathique. Plus c'est choquant, plus c'est cool. Mais on ne se rend pas compte qu'on est influencé (consciemment et inconsciemment) par ce qu'on regarde.
La limite de ce qui est acceptable est repoussée en direction de ce qui aurait dû rester définitivement inacceptable.
Ton esprit et ta psychologie sont abîmés et pervertis par ce genre de spectacles, qui va détraquer certains mécanismes de pensée ou ta façon de ressentir les choses de la vie, voire ton équilibre émotionnel.


Ces scènes « mémorables » sont radioactives


Ce qui passe par tes yeux peut brûler ta vie


"L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres !"(Matthieu 6:22-23) Nous comprenons bien ici, que Jésus n'est pas en train de nous parler d'une maladie de l’œil.
Il nous parle de la façon dont nous utilisons nos yeux, poussés par le désir, l'envie, la jalousie, la convoitise... ou la mode du cinéma, qui joue elle aussi sur ces défauts qui sont en nous.
Il y a un rapport direct entre l'évolution de ta personnalité et les activités auxquelles tu participes. Nous ne sommes pas des pierres, ce qui se passe autour de nous nous influence, parfois même énormément. Donc, ce que nous voyons au cinéma aussi.


Ce dont tu te nourris, tu le transpires. Mange bien !

Faut-il ne rien voir ? Ne rien faire ? Devenir un moine pour élever l’âme ?


Faudrait-il "sortir" du monde pour échapper à ces mauvaises influences ? Pas du tout, en effet Jésus prie pour les chrétiens en demandant à son Père :
" je ne te demande pas de les retirer du monde, mais de les préserver du mal " (Jean 17:15).
Chaque chrétien est appelé à vivre dans la société, entouré de non-chrétiens, afin de pouvoir témoigner par ses actes et ses paroles de l’Évangile de Christ. Les gens qui t'entourent ne doivent pas seulement entendre parler de Jésus par tes paroles (quand tu saisis une occasion de témoigner), ils doivent aussi le voir, Lui, dans tes actes.

Vise à être clean dans un environnement qui ne l’est pas


Chaque chrétien est responsable de ce qu'il tolère dans sa vie, dans ses activités et de fixer une limite, en toute bonne conscience devant Dieu... y compris dans ses loisirs.
La Bible nous dit que, parmi nos activités,
" tout ce qui ne provient pas d'une conviction de foi est péché " (Romains 14:23).
Pour être " préservés du mal " (selon la prière de Jésus), les chrétiens sont donc appelés à se tenir à distance de ce qui est mal. C'est ce que la Bible appelle se sanctifier (= être " saint " = se séparer de ce qui est mal, pour honorer Dieu).

Question :
Est-ce que les films que tu vas voir au cinéma sont " bons " pour toi, quel que soit le genre (même si les films d'horreur posent un problème à eux seuls) ?
Quelle influence ont-ils sur toi ?
Est-ce que tu n'entretiens pas certains défauts en les alimentant avec ce que tu regardes ?


« Porteur » de Christ en tout.


Je ne prétends pas qu'il ne faut voir que des films chrétiens car, dans ce cas, on n'irait pas souvent au cinéma. Je pense que Dieu nous demande d'être chrétien dans tout ce que nous faisons, y compris dans notre façon de "consommer" du cinéma (ou un autre loisir, d'ailleurs). Est-ce que tu te laisses "piéger" par la tendance : plus c'est choquant, plus c'est cool, sans réfléchir aux conséquences sur toi ?
Quand j'avais 20 ans, il m'est arrivé de sortir d'une salle de cinéma, parce que j'ai senti que je n'étais pas à ma place devant cet écran. Pour cette fois-là (mais hélas, ça n'a pas toujours été le cas), j'ai fait le bon choix et j'en ai été heureux.


La vraie liberté a des frontières derrière lesquelles il fait bon vivre…


Toi aussi, tu dois chercher et trouver les limites que ta foi en Christ pose dans tes propres activités. Et, ne crois pas que ce soit une privation de liberté, car lorsqu'on fait tomber toutes les limites (en suivant la tendance " trash " des films par exemple), on n'est pas plus libre, mais on finit par être perdu, parce que les repères stabilisants, nécessaires à une vie équilibrée, sont abîmés ou même détruits. La vraie liberté, c'est de connaître Celui qui est la Vérité et qui nous donne la Vie éternelle : Jésus-Christ (Jean 8:36). C'est aussi la clef du vrai bonheur, qu'aucun film ne pourra t'apporter.
… que Dieu t’aide à les fixer

Fred Bican

 

FaLang translation system by Faboba