Safari sexuel

Écrit par Delphine Brabant. Publié dans Fondements

 

Lâchez les fauves !

Alors t’es quoi toi? Hétéro, homo, bi ? Serial lover ou petit flirteur, simple dragueuse ou fille facile, ouvert à toutes propositions ? Franchement, le mieux est de tout essayer pour savoir, non ?

Ma super voisine me raconte sa vie de lycée : son pote Thibaud, qui vient de faire son coming out et s’affiche avec fierté avec son partenaire. Sa copine Laetitia, qui aux dernières nouvelles il y a 3 mois sortait avec un mec, mais est maintenant avec un autre mec, en attendant de retrouver le 1er parce qu’en fait c’est lui qu’elle aime vraiment même si c’est elle qui l’a lâché mais tu comprends c’était pour tester son amour (tu suis pas ? moi non plus !) Ah oui, et entre les 2, elle est sortie avec une nana, pis aussi elle fait des trucs à plusieurs. Pour essayer, quoi ! Normal.

Le plus trash sera le plus tendance

Quand j’étais au lycée, au siècle dernier, on était grave ringard quand on ne flirtait pas. Aujourd’hui, le flirt semble être en soi un acquis évident, ce qui est devenu tendance, c’est de tenter des trucs ; homosexualité, échangisme, sadomasochisme, et je t’en passe. Le ringard est devenu celui qui n’essaie pas un maximum d’expérience.

Et toi, t’en es où ?

 

Aurais-tu plus de soin pour tes pantoufles que pour ta sexualité ?

Petite question à 2 balles pour commencer : j’imagine qu’il t’arrive parfois d’aller t’acheter des pompes. Chez le marchand de chaussures, est-ce que tu essaies tout, genre baskets en 18, ballerines en 27, sandales en 36, moon boots en 42, pantoufles en 54 ? Non, tu cibles parce que tu sais primo combien tu chausses et deuzio quel type de chaussures tu veux.

Tu sais quoi? C’est juste exactement la même chose pour la vie, et particulièrement dans le domaine de la sexualité : tout est question de savoir qui tu es et ce que tu veux faire avec ton corps.

 

Tout tester pour savoir qui tu es ?

Je suis régulièrement hallucinée par la façon dont la société cherche à nous définir. Il faut sans cesse se démontrer d’un point de vue matériel, professionnel, sexuel… Quitte à tout essayer pour prouver qu’on existe.

Je dois t’avouer que je me sens particulièrement concernée et connectée au sujet qui nous intéresse. Du haut de mes 33 balais, je suis célibataire (qui a dit ‘encore’ ?!). Je n’ai pas fait vœu de chasteté, je me pose régulièrement des questions existentielles sur ma vie et mon avenir, néanmoins, je ne passe pas non plus mon temps à draguer ou tenter un flirt toutes les 10 minutes. Autant te dire que pour mes collègues, ce statut relève juste de l’inimaginable et suscite beaucoup d’incompréhension, voire d’incrédulité.

Et en plus de passer pour une extraterrestre, je subis régulièrement des propositions de la part de mes collègues, soucieux de m’aider à m’épanouir, à trouver ma voie.

Dernière en date, la séquence drague d’une de mes collègues, persuadée que mon bonheur passait par la formation d’un couple avec elle. Pourquoi pas essayer s’est-elle justifiée, t’as rien à perdre ?

 Et en fait, derrière ces propositions, c’est toujours la même motivation : essaie, cherche-toi, trouve ton bonheur, deviens qui tu es, existe ! Une nouvelle mode a contaminé notre monde : l’hédonisme (“Rechercher le plaisir sous toutes ses formes, éviter le déplaisir à tout prix !”) Essaie tout ce que tu peux et retiens ce que tu aimes : tout est bon dans la mesure où ça te fait du bien.

Voilà le monde dans lequel on vit : la société nous pousse à tout essayer, en particulier sur le plan de la sexualité, et nous balance de la théorie du genre pour se donner bonne conscience : ben oui, l’identité sexuelle se choisirait maintenant. Mais bien sûr : essaie de planter un plant de fraises au milieu de courgettes dans ton jardin, il n’en deviendra pas courgette pour autant… On ne défie pas la nature que Dieu nous a donnée.

 

Ou plutôt se connecter à Celui qui t’a créé(e) ?

Contrairement à ce que le monde nous laisse croire, nous ne sommes pas définis par ce que nous faisons, testons, ou réalisons, mais par ce que nous sommes : une création de Dieu.

Cherche et deviens qui tu es. Ok, mais cherche au bon endroit ! Qui mieux que ton créateur peut répondre à ces questions ?

“Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais !” (Jérémie chapitre 1, verset 5)

Ton créateur en personne t’a donné une identité unique. Il t’a paramètré(e) homme ou femme, pas besoin de chercher très loin, regarde-toi dans une glace !

Dieu a aussi créé la sexualité, une activité belle et épanouissante, à vivre dans le cadre précis du mariage, clairement explicité dans sa Parole. C’est aussi simple, clair et direct que ça. Pas besoin de chercher plus loin !

 

Question de choix

Retour sur ma collègue et sa proposition… J’ai refusé. Avec elle, ce n’était pas trop dur. Ça l’a été davantage pour un autre de mes collègues qui avait un peu attrapé mon cœur. Pourtant, tous 2 n’y voyaient que des bonnes choses “il n’y a pas de mal à se faire du bien”.

En vrai, si la Parole de Dieu est claire sur le sujet, dans la réalisation, tout n’est pas toujours très simple et même, parfois, certains renoncements coûtent. En fait, tout est question de choix :

  • soit tu vises la jouissance immédiate de toutes tes pulsions sans te préoccuper de leurs conséquences…
  • soit tu passes par certaines frustrations passagères, mais tu as en toi la certitude d’une plénitude et d’un bonheur éternels ! Et ça, parole d’expérience, ça vaut bien quelques sacrifices.

Alors, t’en es où ? Ton environnement te donne l’illusion d’exister en testant plein de choses. Te fait croire qu’afficher un palmarès de chasse te donne une identité. Que de choses futiles.

Ton identité profonde est en Christ seul, et personne mieux que Lui ne peut te donner ta valeur. Sais-tu que ton corps ne t’appartient pas et n’est pas pour toi ? “Le corps est pour le Seigneur.” 1 Corinthiens chapitre 6, verset 13. Le vis-tu ?

 

Et question de moyens

Souvent dans nos milieux chrétiens, on aborde le domaine affectif et sexuel en terme de “fais pas ci, fais pas ça”, avec derrière le risque de se fixer des limites pour s’en approcher le plus possible.

Aujourd’hui, je te propose un retournement de situation : Plutôt que de se donner des bornes à ne pas dépasser, essayons plutôt de se fixer un objectif à atteindre.

 Tout tient en deux questions :

  • qu’est-ce que je veux pour mon corps ?
  • comment je m’en donne les moyens ?

Si tu es connecté(e) à Dieu, que tu as choisi de lui faire confiance pour ta vie, alors sache qu’il a un message plus que clair sur la façon de gérer ton corps.

“Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification, c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté.” “Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté mais à la sanctification” (1 Thessaloniciens chapitre 4, verset 3 et 7)

À partir de là, ne parlons plus de limites. Mais de moyens à se donner pour atteindre les objectifs de sainteté et de pureté auxquels Dieu nous appelle. Par exemple, pour reprendre le titre du journal, il va de soi que multiplier les expériences ne rentre pas dans la catégorie des moyens efficaces…

Une fois que tu sais qui tu es et ce que tu veux pour toi, à toi de rassembler toutes les conditions pour te permettre d’atteindre ton objectif. Et dans ce domaine-là, comme dans tous les autres, Dieu te promet de t’accompagner parfaitement et de pourvoir à tes besoins. Laisse-le te montrer par où ça passe !

Tu es un trésor. Ton être, ton corps, ton âme sont précieux ! Ne salis pas ta valeur et ton identité en faisant n’importe quoi et en laissant traîner ton corps n’importe où. Tu es tombé(e) ? Relève-toi et recommence ! Ose te donner des objectifs à la hauteur de ta valeur, celle d’un enfant de Dieu, ose la folie d’honorer Dieu dans ton corps !

 

Pour finir, coup de pub pour 1 bouquin qui vaut le détour : Le choix de la pureté, de Randy Alcorn (voir ci-dessous). Bon ! Te fie pas à l’image vieillotte sur la couverture, voilà enfin un bouquin qui aborde cash pistache la gestion de sa vie sexuelle, sans que ce soit total gnian-gnian ou déconnecté de la réalité.

Super abordable, ça se lit en 1h et ça fait un bien fou. Alors si tu veux vraiment tester un truc de ouf cet été, lis ce bouquin, et relève un vrai défi de taille : celui de la pureté !

Le choix de la Pureté - Randy Alcorn

FaLang translation system by Faboba